La loi sur l’autonomie permet aux établissements de formation supérieure et de recherche de créer des fondations, pour financer leur développement. Pour réussir, les universités et les grandes écoles doivent déployer de nouvelles stratégies de communication.

Une opportunité de développement…
Avec cette loi, chaque établissement supérieure peut se doter d’un outil de financement complémentaire à ses ressources classiques (dotations publiques, subventions, droits de scolarité, taxe d’apprentissage, etc.) Le potentiel de développement est très important : dans les pays anglo-saxons, ce mode de financement est parfois majoritaire dans les budgets de fonctionnement… Mais cette opportunité exige un travail de fond et de forme, au niveau de la communication des établissements de formation.

Développer l’image : un préalable nécessaire
Attirer le mécénat requiert une stratégie de communication parfaitement structurée et une démarche professionnelle auprès des entreprises partenaires. Cette méthodologie est aujourd’hui parfaitement assimilée par les responsables d’événements culturels ou sportifs, où le mécénat est indispensable au financement des projets :

  • Chaque mécène potentiel attend un argumentaire précis, et une véritable offre de services. Comme tout investissement, son mécénat doit trouver sa justification et sa rentabilité ! Pour convaincre des sponsors potentiels, chaque établissement doit lister ses forces et les avantages concrets qu’il peut apporter en termes de valorisation de la recherche, de formation, d’image…
  • Les stratégies à mettre en oeuvre dépassent les simples opérations de marketing direct. Il faut développer une véritable politique d’information au plus haut niveau de décision, en associant relations publiques, relations presse, édition, stratégie en ligne, etc.

Le recours au mécénat va accentuer à court terme la concurrence entre établissements, notamment auprès des entreprises les plus importantes. Certains, comme Sciences Po, HEC ou l’INSEAD ont déjà créé leur fondation…

Avec des stratégies de communication moins affirmées, beaucoup d’universités françaises ont pris un temps de retard. L’ouverture du marché du mécénat doit les faire réagir très vite, avant qu’elle n’accumule un handicap insurmontable.

Toute l'actualité de la communication publique, tech et santé par mail